SORTIE AGENCEMENTS #2 LE 4 FÉVRIER AU PERISCOPE (LY0N)

LE 4 FÉVRIER 2019 de 20H A 22H30 AU PÉRISCOPE
13 rue Delandine 69002 Lyon
Pour l'occasion, le Périscope ouvre chaleureusement ses portes 
H
Au travers de lectures, de performances, de temps de discussions nous découvrirons ensemble le second volet de cette aventure collective. 
Nous aurons également la possibilité d'échanger autour d'un buffet.
H
La revue est éditée aux
H
H

 

Édito Agencements n°2

Dans cette deuxième livraison de l’année 2018, Agencements explore les possibles que réserve une science sociale quand elle est elle-même en expérimentation. Le numéro se penche aussi sur les manière de « faire critique » et de « faire résistance » au cœur des milieux de vie, dans et par la vie quotidienne, ainsi qu’Henri Lefebvre ou Michel de Certeau l’ont amplement défendu dans leur longue trajectoire intellectuelle d’engagement.

Oskar Negt, en critique d’une conception trop institutionnelle (essentiellement bourgeoise) de l’espace public, a mis en valeur l’importance des espaces publics oppositionnels qui se déploient démocratiquement lors des luttes, des expérimentations ou des mouvements sociaux. Dans ces espaces la prise de parole est indissociable d’une « prise d’expérience », et l’expression démocratique d’un engagement critique. En affinité avec ces thèses, la revue Agencements, dans son premier dossier « Espace public en expérience, espace public en recherche », réengage théoriquement et pratiquement la question de l’espace public en tant qu’espace accessible et disponible, sensible et réceptif où chacun·e a le loisir de faire expérience et de faire recherche, de le faire en ouvrant des possibles, en éprouvant doute et curiosité et en impliquant la multiplicité de l’être (corps et intellect, langage et affect). Les articles réunis dans ce dossier sont emblématiques d’une recherche en sciences sociales qui s’exerce dans, par et avec l’espace public, en tant qu’espace émancipé et émancipateur, et qui travaille ses catégories, ses cadres conceptuels et ses méthodes pour relever ce défi critique et démocratique.

Dans son deuxième dossier « Résistances ordinaires, résistances instituantes », Agencements interroge les formes contemporaines d’engagement et de lutte, qui se caractérisent à la fois par leur portée critique (oppositionnelle, destituante) et leur portée contributive (créative, instituante). Ces résistances se manifestent sur une grande diversité de terrains, aussi bien à l’intérieur des institutions qu’en décalage / décadrage vis-à-vis d’elles. Elles émergent partout où les portent des idéaux d’égalité et d’émancipation, sur le terrain du travail, de l’art, du social ou de l’éducation. Ces résistances sont l’occasion d’expérimenter de nouveaux dispositifs et dispositions pour être-ensemble et faire-ensemble, pour lutter en commun. Ces résistances restent indomptées tant elles sont en capacité de varier et de moduler leurs actions, de les hybrider et de les transversaliser.

En complément de ses dossiers, Agencements propose trois rubriques : « Coulisses » qui donne à lire les « textes cachés » de la recherche comme peuvent l’être les projets déposés lors d’une inscription en thèse ou les textes préparatoires à un séminaire ; « Parcours » qui permet à un ou une chercheuse de retracer sa trajectoire et qui éclaire un cadre conceptuel ou une sensibilité théorique à partir d’une expérience singulière de recherche ; « Transverses » qui ouvre aux hybridités et transversalités, entre visuel et texte, création plastique et production intellectuelle.